what music for the Charolles organ ?  (the English version is down below)

Vous l’avez remarqué ?  Les présentations d’orgues et de leur musique sont souvent difficiles d’accès pour les non-organistes.  Cela tient bien sûr à la complexité de l’instrument, mais me semble-t-il encore plus à celle de s’adresser à un public varié, et souvent novice.

Autant dire que le concert commenté « le répertoire de l’orgue de Charolles » proposé par son titulaire Guillaume Prieur lors de la Journée nationale de l’Orgue (le 12 mai), et destiné particulièrement aux personnes qui voulaient s’approprier un peu plus notre instrument, représentait une réelle gageure. 

Une solution commode peut être de choisir une suite d’œuvres en cohérence avec l’orgue en question (dans notre cas, de style « franco-flamand »,  paru dans le nord de la France au début du XVIIème siècle) et d’y attacher quelques commentaires.  Une voie sans grand danger certes, mais peu susceptible « d’accrocher », et qui passe facilement à côté de questions non seulement essentielles mais passionnantes.

Vous me connaissez, vous avez deviné que ce n’est pas cette démarche qu’a choisie Guillaume Prieur.  Tout au contraire :  il est parti d’un choix de questions qu’il a illustrées par des musiques.  Croyez-moi, ce n’est pas pareil !  Les éclaircissements apportés étaient toujours pertinents et compréhensibles (et donnaient l’impression à chacun de bien comprendre, même si ses connaissances musicales étaient peu développées) et propres, tel un jeu de « poupées russes », à susciter quantité d’autres questions.

Quel était le déroulé utilisé par Guillaume Prieur pour cette approche véritablement imaginative ?  Voici quelques moments-clé :

*** quelles sont les différentes fonctions des claviers ?

*** pourquoi retrouve-t-on certains jeux identiques sur chaque clavier (notamment Bourdon 8 et Prestant 4)?    Autres timbres, autres fonctions …

*** c’est quoi, l’ornementation ?   élément incontournable de ce répertoire, nous l’avons « saisie » par l’écoute de deux versions successives d’une même pièce, « sans » et ensuite « avec ».

*** qui est Jehan Titelouze (1563-1633) ?  figure-clé du « passage » de l’orgue renaissance vers l’orgue baroque – et du statut de la musique, qui au sein du groupe des sept arts libéraux est alors en train de défaire son lien avec l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie, pour rejoindre la grammaire, la dialectique et la rhétorique, arts visant à convaincre et séduire l’auditoire par l’expression des émotions. 

*** savoir que des mélodies grégoriennes sont la colonne vertébrale de tout ce répertoire, soit.  Mais comment les contemporains écoutaient-ils ces œuvres en dépistant les thèmes ?  Et encore plus, pour nous, comment reconnaître ce que nous n’avons pas du tout dans l’oreille ?  Pour nous mettre en chemin, Guillaume Prieur avait préparé une réponse réjouissante, composée pour les 20 ans de la manufacture Blumenroeder (constructeur de l’instrument) :  trois versets (couplets) qu’aurait pu composer Titelouze …  s’il avait connu l’air « Joyeux Anniversaire ».  Amusant, brillant, convaincant …  Merci Guillaume Prieur !

Si ce n’est pas déjà fait, consultez le déroulé de ce beau moment.

Nous voici maintenant au travail pour nos deux prochains concerts en lien avec le CNSMD de Lyon : 

*** le 16 juin (17h00) « Carte blanche à … », voix et instruments en alternance avec l’orgue tenu par Benjamin Delale.

*** le 30 juin (17h00) concert « jeune Soliste », récital d’orgue seul autour d’œuvres de J.S.Bach par Yanis Dubois.

Tous les détails paraîtront progressivement sur notre site internet 

.

.

.

what music for the Charolles organ ?   

.

I suppose you have noticed that explanations about the organ are horribly hard to understand for non-organists.  Of course the instrument itself is complex, and having to address an audience made up of all sorts of people at completely different stages in their musical development only compounds the difficulty.

So that the « the repertoire of the Charolles organ », the concert-lecture given by its titular organist Guillaume Prieur to mark our National Organ Day (12th May) (and intended particularly for people wanting to become more familiar with our instrument), was a real challenge.

One convenient way around the worst pitfalls is to choose music that suits the particular organ (in our case, in « Franco-Flemish » style which appeared in Northern France in the early 17th C.) and to add appropriate explanations.  In fact there are no great risks here – but it is scarcely an exciting approach.  Into the bargain, it usually neglects a great many essential and fascinating questions …

Knowing me, you guessing that this was not the way Guillaume Prieur went about things.  And how right you are :  he did exactly the opposite !  Choosing the questions first, he illustrated the answers with music (either repertoire or short, period-style improvisations).  Take my word for it, the result is ever so different !  His explanations were always absolutely to the point, the sort that, even if you have next to no musical culture, you feel sure you understand.  And they could not fail to lead to a whole set of new questions (rather like those Russian dolls).

Click here for the « programme » on which Guillaume Prieur had based this truly imaginative presentation.  In particular :

*** why are there all those keyboards ?

*** why are some registers (or « stops ») duplicated on each keyboard (Bourdon 8 and Prestant 4 in particular) ?  The different timbres lead to different uses …

*** what is embellishment ?  an essential component of this repertoire, it was illustrated by two versions of the same piece :  first « without », then « with ».

*** who is Jehan Titelouze (1563-1633) ?  not only a key figure in the « passage » of the Renaissance organ to its Baroque counterpart :  he also occupies a central position as regards music itself at a time when this « liberal art » was parting ways with arithmetic, geometry and astronomy and « migrating » towards grammar, dialectics and rhetoric, all of which aim to convince and charm the listener via the emotions they express.

*** knowing that this repertoire is almost entirely based on themes drawn from Gregorian plain-chant is a good start.  But how did people in that period listen to the music and detect the themes ?  and how on earth can we manage to detect themes we don’t know ?  To help us get started, Guillaume Prieur had prepared an amusing illustration composed recently in honour of the 20th anniversary of the workshop of organbuilder Quentin Blumenroeder, our organ’s « father » :  three « versets » (couplets) which Titelouze himself might have written if he had known the tune « Happy Birthday » !  Amusing, brilliant, convincing …  Thank you, Guillaume Prieur !

We are now working on our next two concerts, starring last-year students at the Lyons Upper Conservatoire :

*** 16th June at 5pm :  « Carte blanche à … » with « La Camerata Chromatica » (organ, alternating with voices and instruments).  The organist is Benjamin Delale.

*** 30th June at 5pm :  « Young Soloist », the organist Yanis Dubois in a recital centred around J.S.Bach.

As details come to hand they will be available on our website.