Mots-clefs

, , , , , , , , ,

what’s on the programme ?

Quel programme ?  Mais les « Journées de l’Orgue de Charolles » bien sûr !  (Pour voir le dépliant:  cliquer ici.)

Nous pourrions attendre que vous soyez à Charolles et que vous ayez le programme en main pour découvrir les beaux programmes qui vous attendent.  Mais les bonnes choses se partagent :  et tant pis si, ayant tout imprimé, vous n’achetez pas le programme !  Voici donc le détail des six événements musicaux des « Journées ».

What programme ?  The « Charolles Organ Days » of course !  (You’ll find the leaflet here.)

We could easily have waited till you were here in Charolles, reading the programme and discovering the treats in store.  But we like to share …  even if, having printed out the programme, you don’t buy it !  So here is a complete run-down of the week-end.


VENDREDI 7 JUILLET

CONCERT (20h30)  :  FREDDY EICHELBERGER  Marseille

au programme des "Journées de l'Orgue de Charolles" 2017

Organiste et claveciniste, Freddy Eichelberger se consacre avant tout à la musique de chambre sur instruments anciens et au théatre musical. Son goût croissant pour l’improvisation l’a amené à jouer avec des musiciens de toutes origines, ainsi qu’à l’enseignement ponctuel au Festival d’improvisation de Lausanne et dans divers conservatoires ou académies d’été.  En solo ou en bonne compagnie il a réalisé une bonne quarantaine de CD sur toutes sortes de claviers et même au cistre, instrument qu’il affectionne particulièrement.  Malgré son installation à Marseille, il veille sur l’intégrale des cantates de Bach en concert au Temple du Foyer de l’Ame à Paris (fin prévue en décembre 2023 !).

Ce programme est centré autour de Henry Purcell, immense musicien du XVIIe siècle anglais, et de la musique populaire que l’on entendait à son époque, lui-même ayant édité certains airs irlandais ou écossais qui devenaient à la mode. Ces musiques différentes ainsi intercalées s’éclairent mutuellement pour un voyage musical dans le temps que l’on peut espérer évocateur et onirique …      (F.E.)

 Henry Purcell  1659 -1695  :     Voluntary in G     –     A new Irish tune (Lilliburlero) / A new Scotch tune     –     Fantazia     –     Voluntary in C     –     Hear my prayer O Lord

 Airs irlandais traditionnels :     McDonough lamentation     –     The rights of man

 Henry Purcell :     Voluntary on the Old 199th   enchaîné avec     –     Psalm the 100 (John Blow, 1649-1708)

 Improvisations :     The Cartman’s whistle     –     In Nomine     –     Woody cock

 Henry Purcell :     Theatre tune (attribué à John Blow, édité par H.Purcell)     –     New Minuet     –     Voluntary for double organ

Quel savoureux mélange !  /   What a tasty blend !

____________________

 

 

SAMEDI 8 JUILLET

PRESENTATION  (10h00)  « d’un rêve sonore à sa réalisation »

QUENTIN BLUMENROEDER  Haguenau,  illustrations sonores :  GUILLAUME PRIEUR   Charolles, Lyon (Saint-Jean) 

Quentin Blumenroeder fonde sa manufacture en 1998 et se fait rapidement un nom en tant que spécialiste de la facture des Silbermann alsaciens, dont il restaure de nombreux et prestigieux instruments.  La qualité de son harmonisation impressionne l’organiste Guillaume Prieur qui effectue auprès de lui un stage  …  et travaille ainsi à l’orgue de Charolles dont il tombe amoureux.  Un bel orgue, c’est une histoire de passionnés ! Quentin Blumenroeder opened his workshop in 1998 and speedily acquired a reputation thanks to his specialized restorations of many famous Alsatian Silbermann organs.  The high quality of his voicing impressed the organist Guillaume Prieur who applied to do a training-course with him …  and found himself working on the Charolles organ :  coup de foudre !  A beautiful organ can only be brought into existence by absolute enthusiasts !
La composition de l’orgue de Charolles n’est que la « partie visible » de son caractère  …  Dans l’orgue de Charolles, le rêve des Amis de l’Orgue a rejoint celui de Quentin Blumenroeder.  Mais d’où vient ce rêve ?  et quel est son intérêt ?   Et encore :  quelles pistes Quentin Blumenroeder a-t-il suivies pour le réaliser, quels ont été les éléments déterminants de cette mise en œuvre ? The stoplist of the Charolles organ is only the merest tip of the iceberg …  The Charolles organ is the result of one dream (Quentin Blumenroeder’s) and its encounter with another (the Amis de l’Orgue de Charolles’).  But how did this dream originate ?  and what is its particular interest ?  And how did Quentin Blumenroeder go about making it come true ?
Dès avant son inauguration (juillet 2016) l’orgue de Charolles a été l’objet de nombreuses présentations, chaque fois avec un éclairage différent.   Celle-ci, destinée à être la dernière de la série, sera plus approfondie et permettra de saisir pourquoi cet instrument éveille un intérêt aussi passionné dans les milieux spécialisés. Even before its inauguration in July 2016, the Charolles organ had been presented many times to the public, each time from a different viewpoint.  This presentation is to be the last of the series and will be the most detailled :  its aim is to show just why this organ arouses such an intense interest in musical circles.

CONCERT (16h30)  :  BENJAMIN-JOSEPH STEENS  Reims

aux "Journées de l'Orgue de Charolles" 2017: Benjamin-Joseph Steens jouera la messe de Grigny

Titulaire et conservateur des orgues de la Basilique Saint-Rémi de Reims, concertiste actif et reconnu, Benjamin-Joseph Steens enseigne la basse-continue, l’orgue et le clavecin aux Conservatoires de Reims et Levallois Perret ainsi que le clavicorde à l’université de la Sorbonne.

Il jouera la messe « Cunctipotens genitor Deus » avec versets alternés.

Benjamin-Joseph Steens is titular organist and curator of the Saint-Rémi Basilica organ in Reims.  He is also widely acclaimed as a regular concert performer.   He is professor of continuo, organ and harpsichord at the Reims and Levallois Perret Conservatoires and also teaches clavichord at the Sorbonne university.

He will play Grigny’s « Cunctipotens genitor Deus » mass with alternatim plain-chant verses.

Grigny aurait pu passer inaperçu, tellement sa vie fut brève, s’il n’y avait les 100 minutes de musique (et quelle musique !) de son unique Livre d’orgue, que recopia intégralement de sa main J.S. Bach vers 1713. 

Prenant position comme organiste liturgique en publiant conjointement une messe Cunctipotens genitor Deus et cinq hymnes, sans la moindre incursion du côté des suites semi-profanes, aux attraits desquelles cédaient la plupart de ses confrères, Grigny «assimile (toutefois) tous les genres nouveaux, toutes les registrations colorées dont les Parisiens se montrent si fiers, ces duos, trios, récits ornés, pleins-jeux, dialogues sur les grands jeux, ne reculant pas même devant les rythmes de danse qui animent maints de leurs versets ;  seulement il possède le don de transcender tout apport, et de son œuvre émane une spiritualité irradiante … »  (Tournemire).  A l’écoute de cette œuvre supérieurement accomplie, l’auditeur a l’impression de rester constamment sur des sommets, et quelques moments, tel ce chef-d’œuvre absolu d’imploration qu’est le Récit de tierce en taille du Gloria, le transportent encore plus haut.

Grigny could have lived and died in total obscurity if, in his short life he had not published a Livre d’orgue:  a mere 100 minutes of music – but such that J.S. Bach recopied it entirely by hand in 1713 or thereabouts.

By publishing a mass setting and five hymns, Grigny defined himself unequivocally as a liturgical organist, whereas most of his fellow organists had succumbed to the lure of the semi-profane suite.  And yet Grigny found a way to assimilate their new style with its colourful registrations of which the Paris school was so proud:  duos, trios, ornamented récits, pleins-jeux, grands-jeux …  even using dance rythmes from time to time.  But even then he transcends this worldly style, suffusing it with an intense spirituality …  (roughly translated quote from Tournemire).

This magnificent work transports the listener to the highest point human emotions can reach …  and occasionally (as in the Récit de tierce en taille of the Gloria, an absolute masterpiece of supplication) he reaches heaven itself.

Un grand moment pour les auditeurs:  une des partitions les plus sublimes de tous les temps interprété par un organiste totalement investi, avec la palette sonore idéale de l’orgue Blumenroeder. This will be a concert of great intensity:  some of the most sublime music ever written played by an artist totally en phase, with the rich tonal palette of the Blumenroeder organ.

 

CONCERT (20h30)  :  PIETER DIRKSEN  Utrecht (Pays-Bas)

au programme des "Journées de l'Orgue de Charolles" 2017

sicologue réputé notamment pour ses travaux sur Sweelinck et J.S.Bach, éditeur des oeuvres de  Bull, Sweelinck, Cornet, Scheidt, Scheidemann, Buxtehude, Reincken, Lübeck, Böhm et Bach, Pieter Dirksen est un musicien actif se partageant entre le travail d’ensemble et les concerts en tant que soliste.  Autour de Bach, centre de son univers musical, gravitent de nombreux répertoires du XVIIème siècle …  Il est organiste titulaire de l’orgue historique André Severin (c.1648) de l’église Saint-Martin de Cuijk. As a distinguished musicologist, Pieter Dirksen is particularly well-known for his work on Sweelinck and J.S.Bach :  he has edited works by de Bull, Sweelinck, Cornet, Scheidt, Scheidemann, Buxtehude, Reincken, Lübeck, Böhm et Bach ?  However he is also an active performing musician (organ, harpsichord) in ensemble work and solo concerts.  Around Bach who is the very center of his musical universe which is made up of numerous repertories of the 17th Century.  He is titular organist of the historic André Severin organ (around 1648) in the Saint Martin’s church in Cuijk.
Ces œuvres et ces compositeurs me sont particulièrement chers.  Le Dic nobis Maria de Scheidemann est une transcription pleine de créativité d’un motet joyeux de Bassano, traité à la manière d’une fantaisie chorale …  dont Buxtehude nous donne un exemple bref mais beau dans Ich ruf zu dir.  Réunissant le lyrisme et la fantaisie portée à un point suprême, Mein junges Leben hat ein End de Sweelinck est une œuvre de maître, l’une des plus célèbres séries de variations de toute l’histoire de la musique.  Le maître espagnol Juan Cabanilles est encore insuffisamment connu:  ce tiento est une démonstration étonnante d’invention rythmique et de virtuosité.  Grigny nous donne dans son Livre d’orgue de 1699 quelques-unes des pages les plus inspirées de tout le répertoire français classique.  Enfin, la Fantaisie et Fugue en sol mineur de J.S. Bach est, par ses formes, ses thèmes et sa rhétorique, un hommage suprême rendu à la tradition de l’orgue en Allemagne.      (P.D.)                                                                        The program includes composers and pieces particularly close to my heart. Scheidemann’s Dic nobis Maria is an ingenuous transcription of a joyful motet by Bassano, in the manner of the chorale fantasia – of which Buxtehude’s « Ich ruf zu dir » is a short but beautiful example. Sweelinck’s masterful « Mein junges Leben hat ein End » is in its combination of lyricism and sheer fantasy rightfully one of the most celebrated variation sets ever. Juan Cabanilles is a still somewhat underrated Spanish master of the organ; the tiento I play is an astonishing display of rhythmic invention and virtuosity. De Grigny’s Livre d’orgue from 1699 contains some of the most inspired pages from the French classical organ tradition. Bach’s Fantasia and Fugue in G minor is in its forms, themes and rhetoric his greatest tribute to the North German organ tradition.    (P.D.)
Un très beau programme européen de la plus belle époque, n’est-pas ! A marvellous selection of European music from the best period, wouldn’t you agree ?

Heinrich Scheidemann  c.1595-1663 :     Praeambulum en ré mineur     –     Dic nobis Maria (d’après Giovanni Bassano)

Dietrich Buxtehude  1637-1707 :     Praeludium en do majeur  BuxWV 138     –     Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ  BuxWV 196
Jan Pieterszoon Sweelinck  1562-1621 :     Mein junges Leben hat ein End (6 variations)

Joan Cabanilles  1644-1712 :     Tiento 24 en ré majeur

Nicolas de Grigny  1672-1703 :     Pange lingua   1) En taille à 4  2) Fugue à 5  3) Récit du chant de l’hymne précédent

Johann Sebastian Bach  1685 – 1750 :     Trio super Allein Gott in der Höh sey Ehr  BWV 664     –     Fantaisie & Fugue en sol mineur  BWV 542

________________________

 

DIMANCHE 9 JUILLET

CONCERT  (14h30):  les solistes des « TRAVERSEES BAROQUES »

Ils étaient ici tout dernièrement pour répéter …

« Ils », ce sont Etienne Meyer (voix), Judith Pacquier (flûte à bec et cornetto) et Michaël Parisot (orgues)

 En début de matinée :  Michaël Parisot  (« quel magnifique fond d’orgue ! »)

They came to Charolles the other day to rehearse  …

« They … » are Etienne Meyer (voice), Judith Pacquier (recorder and cornetto) et Michaël Parisot (organs).

Early :  Michaël Parisot  (« what a magnificent fond d’orgue ! »)

les journées de l'orgue de Charolles, les "Traversées Baroques" joueront le dimanche 9 juillet 2017

Arrivée de Judith et d’Etienne … Then, with Judith and Etienne …

les journées de l'orgue de Charolles, les "Traversées Baroques" joueront le dimanche 9 juillet 2017

20170628_114327 copie 1000

20170628_145112 copie 1000

Ensemble vocal et instrumental consacré principalement à la restitution des musiques anciennes, Les Traversées Baroques sont nées en 2008.  Prendre des chemins de traverse, explorer de nouveaux univers culturels et musicaux The Traversées Baroques, an ensemble founded in 2008, comprises voices and instruments.  Getting off the beaten track, exploring new worlds of culture and music …
À l’origine, on le sait, baroque signifie irrégulier (« perle baroque »).  Et ce sont bien les irrégularités, les courbes, les aspérités et programmes singuliers qui intéressent Judith Pacquier (flûtiste et surtout cornettiste, concertiste et pédagogue, fort impliquée dans le Conservatoire Itinérant, projet novateur proposé par les Chemins du Baroque dans le Nouveau Monde) et Etienne Meyer (chanteur, chef de chœur, compositeur, passionné par le cinéma et les films muets), fondateurs de l’ensemble. The original meaning of the word « baroque » was « irregular » (as in « baroque pearl »).  Irregularities, curves, asperities and unaccustomed programmes are precisely what  interest the founders of the ensemble, Judith Pacquier (a concert performer on recorder and particularly cornetto, a teacher and a very active participant in the  Chemins du Baroque dans le Nouveau Monde) and Etienne Meyer (singer, choir director, composer, fascinated by cinema in general and silent movies in particular).
Michaël Parisot (orgue, clavecin) se partage lui aussi entre projets artistiques (en soliste ou dans de nombreux ensembles dont Vesontio :  ensemble-vesontio.com) et pédagogie (CRR de Besançon, Université de Besançon Franche-Comté). Michaël Parisot (organ, harpsichord) is also involved in artistic projets (as a soloist and in a certain number of ensembles including Vesontio :  ensemble-vesontio.com) and teaching (at the Besançon Conservatory and the Besançon Franche-Comté University).

« Au fil du baroque – un voyage musical »

Anonyme :   Dulce Jesús mío

Andrés Flores :   Tota pulchra es

Juan de Araujo :   Avecillas sonoras

Claudio Monteverdi :   Laudate Dominum

Giovanni de Macque :   Cappricio sopra re fa mi sol

Claudio Monteverdi :   Salve Regina

Francisco Correa de Arauxo :   Tiento de dos tiple

Giuseppe Scarani :   Hic est vere martir

Giovanni Battista Fontana :   Sonata terza

Cristóbal de Morales :   Salve Regina

Nicolò Corradini :   Vias tuas demonstra mihi

Pablo Bruna :   Tiento de mano derecha

Giovanni Felice Sances :   Vulnerasti cor meum

 

CONCERT  (16h30):  ELISABETH ULLMANN  Vienne, Mozarteum de Salzbourg (Autriche)

au programme des "Journées de l'Orgue de Charolles" 2017

Elisabeth  Ullmann est originaire de Zwettl en Basse-Autriche et vit actuellement à Vienne.

Elle a étudié aux Conservatoires Supérieurs Nationaux de Musique de Vienne, Londres et Salzbourg. Les principaux professeurs d’orgue qui ont accompagné et marqué sa formation artistique furent Michael Radulescu(Vienne) et Alois Forer (Salzbourg). Elle a suivi plusieurs classes de maîtrise, entre autres sous la direction d’Anton Heiller (Vienne), Marie-Claire Alain (Paris), et de Harald Vogel (Brême).

Elle est lauréate et 1er Prix du Concours International Jean-Sébastien-Bach à Leipzig (1976) ainsi que de Concours d’Orgue Anton Bruckner à Linz (1978). Récompensée par la Médaille Lilli Lehmann de la Fondation Internationale du „Mozartéum“ de Salzbourg, elle a également reçu le Prix du Disque Allemand, le Diapason Award, ainsi que le Prix Mozart d’Interprétation Wiener Flötenuhr. En 2006 elle a été désignée « Organist of the Year » par la revue d’orgue allemande « Organ – Journal für die Orgel ».

Depuis 1988, Elisabeth Ullmann est professeur titulaire et enseigne l’orgue au „Mozartéum“ de Salzbourg. Elle est l’initiatrice de la Fête Internationale de l’Orgue de L’Abbaye de Zwettl qui se déroule chaque année en Autriche depuis 1983 jusqu’à la fin 2008. Elisabeth Ullmann est membre de l’Académie Européenne des Sciences et des Arts.

 

 

 

Originally from Zwettl, Lower Austria, Elisabeth Ullmann currently resides in Vienna.  She received her musical education at the national music academies in Vienna and Salzburg and at the Royal Academy of Music in London.

Elisabeth Ullmann quickly gained notice after receiving renowned awards such as the  „Deutscher Schallplattenpreis“, the „Diapason Award“ and the Mozart award of interpretation „Mozart Flötenuhr“(Vienna). She was also recognized with the „Lilly Lehmann-Medal“ of the International Mozarteum Foundation Salzburg and the first prizes at the International „Johann Sebastian Bach Competition“ in Leipzig (1976) as well as the „Anton Bruckner Organ Competition“ Linz (1978). In 2006 she was awarded „Organist of the Year“ by the musical trade journal „Organ – Journal für die Orgel“ (Germany). In 2009, Elisabeth Ullmann was awarded membership in the „European Academy of Sciences and Art“.

Elisabeth Ullmann has taught music since 1979 at the University Mozarteum in Salzburg. In 1988, she became the first female Full Professor for Artistic Organ Playing in Austria.

She initiated the annual „International Organ Festival Stift Zwettl“ (Austria), whose Artistic Director she remained until 2008. Today, the artist also works as a renowned advisor for building and restoring of organs.

Elisabeth Ullmann has been invited for numerous solo concerts, guest performances with orchestras, and also for master classes in nearly all European countries as well as Israel,  China and the United States. Her music has been internationally broadcasted on television and she has made numerous CD recordings (labels: TELDEC, MDG, IFO, organ).

 

A la période baroque un musicien se formait en voyageant …  et c’est pourquoi la plupart des grands compositeurs connaissaient remarquablement bien le style de l’école d’orgue classique française (à partir de 1660:  facture instrumentale allant de pair avec un répertoire formé de pièces en solo ou en « versets alternés » avec le chant grégorien de la messe).  J.J.FROBERGER a séjourné à Paris (1650-1653) et y aurait rencontré F.ROBERDAY.  J.S.BACH, sans être jamais venu en France, connaissait parfaitement la musique d’orgue française et ses colorations spécifiques dont nous entendrons des exemples ce soir.  Mais G.MUFFAT a étudié auprès de Lully à Paris et la forte influence française perceptible dans sa Toccata septima sera ainsi en complète résonance avec le style historique de l’orgue de Charolles.E.U Being kindly invited as organ artist from Austria it is a great pleasure for me to give some information on my chosen repertory for this  final organ recital.The period of classical French organ school started about the year 1600 parallel to high quality organ-building, from which  already precious former examples are known in the Renaissance culture.   Organ music in the small and big churches was determined in its function during the different christian services with solo pieces and also alternating to gregorian chant.Exciting is the fact that the great composers of keyboard music during the Baroque period all over Europe had knowledge about different special styles e.g. of the Italian, French or German school. Attending well known artists in Rome, Paris, Dresden or Vienna was state of the art for young musicians to perfect their skills. Johann Jacob FROBERGER, originally from Stuttgart, played this role in the function as court musician in Vienna, travelling very intense to Rome, Dresden, London and France, where during the stay in Paris from 1650-1653 he seems to have got in touch with Francois ROBERDAY. Johann Sebastian BACH had enormous knowledge in the French style,  concerning too the special colours of using organ stops. Three wonderful choral preludes will give a taste of that.One of Bach’s teachers , Georg BÖHM, stayed at Lüneburg/Middle-Germany.  He composed several nice cycles of choral variations.Georg MUFFAT represents the Austrian Baroque style at the end of the 17th century.  Born in Alsace, he toured through middle of Europe, was scholar of Lully in Paris and stayed as Salzburg cathedral organist. The collection of „Apparatus musico-organisticus“ is full of French organ music influence. Toccata septima therefore should sound marvellous on the new organ in historic style at Charolles.   E.U.

Johann Jacob Froberger  1616  – 1667 :  Toccata VI  (Libro quarto 1656)

Francois Roberday  1624 -1680 :   Fugue 9.me  –  Caprice sur le mesme sujet  – Fugue 12.

Jean-Adam Guilain  c.1680 – après 1739 : Plein Jeu – Trio – Duo – Basse de Trompette – Récit – Dialogues sur les Grands Jeux – Petit Plein Jeu  (Suite du 1er ton)

Johann Sebastian Bach  1685 – 1750 :  « An Wasserflüssen Babylon »  BWV 653 à 2 claviers et pédale   –   « Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist »  BWV 667 in organo pleno / con pedale obligato   –        « Wenn wir in höchsten Nöten sein »  BWV 641   à 2 claviers et pédale

Georg Böhm  1661 – 1733 :   « Gelobet seist du, Jesu Christ »        (Choral & 5 variations)

Georg Muffat  1653 – 1704 :   Toccata septima  (Apparatus musico-organisticus, Salzbourg 1690)

Une merveilleuse façon de terminer un weekend merveilleux ….

A thrilling end to a thrilling week-end!

 

Publicités