Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

there was twice as much to discover … (the English is down below)

 

Les Amis de l’Orgue avaient promis une belle découverte lors du concert (le dernier de l’année) qu’allait donner l’ensemble « Les Traversées Baroques » :  la très rare voix de basse virtuose et le cornetto, instrument vedette du XVIIème siècle. 

Promesse magnifiquement tenue !  La belle voix chaude de Renaud Delaigue a profondément touché l’assistance par son étendue et son agilité surprenantes :  le vibrato utilisé avec une parfaite maîtrise en tant qu’ornement ponctuel permettait une expression d’autant plus bouleversante.  Quant au cornetto de Judith Pacquier – tant le timbre solaire et céleste que la virtuosité de cette étroite « trompette en bois » en faisaient complètement oublier sa difficulté diabolique. 
concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"

concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"

concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"

concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"

Entourés des beaux violons baroques de Stéphanie Erös et de Johannes Frisch et du continuo excellent et sensible du petit orgue coffre de Pierre Gallon, ces deux instruments remarquables ont proposé au public charolais d’entrer dans l’univers musical du XVIIème siècle, époque où les émotions s’exprimaient avec une densité sublimée, atteignant l’universel.  Dès les premiers sanglots des violons, le programme « De profundis clamavi » a été perçu comme une réponse aux violences récentes …

concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"concert des Amis de l'Orgue de Charolles le 20.11.2015 : "les Traversées Baroques"

Mais la soirée allait apporter une seconde découverte, autant inattendue que magnifique.  Au moment où la présidente de l’association remerciait les interprètes de leur beau concert, en lien si étroit avec le répertoire qu’allait servir l’orgue de Charolles, l’instrument, beau mais silencieux jusqu’alors, a « parlé » …   La stupéfaction et l’émotion furent à leur comble pendant que Pierre Gallon a exécuté une Fantaisie de Froberger.  Ce premier rang de tuyaux (la Montre 8’) donne de magnifiques promesses pour les 26 autres, à installer et à régler d’ici le weekend inaugural (les 2-3 juillet 2016).

P.S.  Vous ne nous en voudrez pas d’utiliser ici surtout des photos prises lors de la répétition.  La photographe ne pouvait pas choisir librement son angle de vue pendant le concert …   Et sachez que, lors du « bis surprise », tous étaient tellement saisis que – à ma connaissance du moins – pas une seule photo ne fut prise !

 

there was twice as much to discover …

 The Amis de l’Orgue de Charolles had promised that their end-of-year concert – by « Les Traversées Baroques » – would enable the Charolais public to discover not only the « virtuoso bass » voice, a rarity, but also the cornetto, a star instrument in the 17th Century. 

It was not an idle promise.  Renaud Delaigue’s rich warm voice deeply moved the audience by its wide compass and its remarkable agility :  in particular, vibrato was masterfully used, not as a cover-up, but as an occasional ornament to enhance the musical expression.  And the heavenly « ray of sunlight » (as M.Mersenne described it) to which the sound of Judith Pacquier’s cornetto could be compared made the listeners quite oblivious to the fiendish difficulty of this narrow « wooden trumpet ».

Added to these two remarkable instruments were the beautiful baroque violins of Stéphanie Erös and Johannes Frisch, and the excellent and sensitive continuo played by Pierre Gallon on a one-rank chest organ.  It was an invitation to enter into the world of the 17th Century, a period of intense emotions, but sublimated, attaining a universal quality.  The stylized sobbing of the violons which opened this programme, « De Profondis clamavi », was an uplifting response to recent barbaric acts …

But there was to be a second discovery, a magnificent surprise after the first encore.  As the president of the Amis de l’Orgue was thanking « Les Traversées Baroques » for this exceptional concert which had given a foretaste of the music for which the Charolles organ is designed, the organ, beautiful but mute until then, « spoke ».  The audience was overcome with emotion as Pierre Gallon played a Fantasia by Froberger.  Only one rank was used (the Montre 8) but its beauty was a magnificent promise of things to come with the 26 others, to be installed and voiced before the inauguration (2-3 July 2016).