Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

what a fantastic concert !

(see below for the English version)

Les orages s’étaient déplacés vers Budapest à la dernière minute, nous laissant le beau temps à Charolles  – imaginez notre soulagement !  car la météo instable avait mis à rude épreuve nos nerfs …  tellement que nous avions préparé deux plans de salle pour être prêts à toute éventualité.  C’est le matin même du 23 juillet que nous avons décidé de maintenir l’événement dans la cour du Prieuré au lieu de nous replier dans l’église de Charolles.

salle 1 copie rogné 1200

Le soir venu, quelques 290 amateurs y étaient pour le concert donné par William Garcin et son ensemble « Magie Tzigane »:  de nombreux entre eux ayant déjà assisté à un concert de ce remarquable artiste en live ou bien (la technologie aidant !) via YouTube, son retour était ardemment attendu.  Dans un programme faisant le tour des pays de l’Est, il a donné sans fatigue apparente un programme rayonnant, généreux et des plus virtuoses, véritable « pile » à diffuser toutes les émotions que peut véhiculer ce répertoire passionné.  (Une incursion vers le monde de la musique classique avec la Danse Hongroise N°5 de J. Brahms a permis de saisir pourquoi ce compositeur, comme tant d’autres, avait subi son influence et éprouvé le même émerveillement.)

P1020095 copie concert 1200

Pendant cette prestation hors pair une large place était laissée à ses compagnons et leur excellence était évidente :  le second violon Vincent Soler fut très apprécié en tant que soliste, Cyril Dupuy a fasciné par sa maîtrise du cymbalum que bien des auditeurs découvraient pour la première fois, tandis que  Pier-Yves Têtu était impressionnant en accordéoniste et … en ténor russe !  Les mélomanes étaient aux anges.  L’on aurait tort d’oublier le remarquable contrebassiste Bernard Madrennes, car son rôle, malgré son apparente modestie, était capital comme fondement de tout l’ensemble sonore.

20140723_220152  la nuit est tombée 1058

Au terme de ce parcours de rêve, il a fallu qu’en troisième bis l’éloquence mystérieuse d’une Doïna roumaine calme enfin l’enthousiasme de public, permettant aux interprètes de repartir dans l’immensité de la steppe charolaise … 

Vincent Dupuy cependant a eu plus de mal à se libérer, telle était la curiosité pour son instrument.

CYRIL DUPUY ET SPECTATEURS 1200

.

As the 23rd July (the date of our Summer concert of Eastern European music) approached, the weather in Charolles remained cold, wet – and constantly changeable.  What to do – hang on hoping it would be possible for the concert to take place in the Renaissance courtyard of the Priory as planned ?  or avoid all risks and move to the church to be on the safe side ?  You can imagine the  stress !  we decided to wait until the very morning of the concert before deciding.  In the meantime, the weather forecasts chopped and changed … and the day before, we prepared two distinct seating plans for the 165 people who had booked. 

But in the end the thunderstorms went off to Budapest …  while the weather in Charolles was dry and even mild.  Some 290 people flocked to hear William Garcin and his group « Magie Tzigane » for a fantastic evening …  His colleagues Vincent Soler (violin), Pier-Yves Têtu (accordion – and also an excellent tenor), Cyril Dupuy (hammered dulcimer) et Bernard Madrennes (double bass) are all brilliant musicians.  Add the admirably generous virtuoso performance of William Garcin himself :  all in all, an evening to be remembered and it was only after the third encore, a mysteriously poetic Romanian Doïna, that the wildly enthusiastic audience quietened down and agreed to go home.  (Except, that is, for those who gathered around Cyril Dupuy to learn more about the hammered dulcimer!)