Étiquettes

, , , , , , ,

an exhilarating concert

(as usual, the English is below)

Notre concert « Carte blanche à … » s’est donné en complément aux élections européennes et à la Fête des Mères et, malgré cette rude concurrence, quasi à guichets fermés, telle était l’envie de notre public charolais d’écouter le cinquième Concerto brandebourgeois de J.S. Bach, si aimé en disque mais si rarement entendu en « live ».

P1020002 LORELINE ALIX THOMAS

Avant de parvenir à ce morceau de choix, trois « entrées » étaient proposées :  des musiques marquantes, toujours de cette grande époque où les métiers de compositeur et de virtuose formaient un tout.  Il était frappant en effet de constater à quel point ces œuvres poussaient à un point extrême les possibilités de chaque instrument.  S’il avait fallu choisir entre la suite pour clavecin du « mauvais sujet » lyonnais Louis Marchand où chaque danse se pare d’une ornementation opulente exécutée avec brio par Thomas Pellerin, la brillante Partita pour violon seul en scordatura du peu connu Johann Joseph Vilsmayr remarquablement interprété par Alix Boivert et les pièces passionnées pour viole de gambe et basse continue d’A. Forqueray dans lesquelles a impressionné Matthias Ferre, l’assistance enchantée aurait visiblement eu du mal à trancher …    

Pour la version « chambre » du Concerto Brandebourgeois (mais pas du tout « pauvre » pour autant – puisque c’est précisément pour ce format à 7 musiciens que fut composée l’œuvre  en 1721), les trois « solistes » ont été rejoints par Loréline Champ (flûte traversière baroque), Aleksandra Brzoskowska (violon), Sayaka Shinoda (alto), Sacha Dessandier (violoncelle) tandis que Matthias Ferre s’est mis au violone (la basse de la famille des violes).  La clarté pétillante du discours musical, la beauté des sons, les tempi alertes, l’extrême virtuosité requise pour la célèbre partie de clavecin :  tout était au rendez-vous pour cette fin de journée délicieuse au Prieuré de Charolles où la belle Salle d’Apparat et le programme musical se sont montrés encore une fois (malgré la « différence d’âge » !)  en harmonie parfaite. 

P1020003 ALEXSANDRA SAYAKA

P1020010 LORELINE MATHIAS SACHA

(Bien évidemment, il est impossible de faire de bonnes photos pendant un concert!  celles-ci ont donc été prises lors du raccord …)

Toutes nos félicitations aux sept musiciens qui seront les bienvenus à Charolles pour jouer avec notre orgue !

 

 

Despite the European elections and Mothers’ Day, this concert was very nearly fully booked and in the end a few music-lovers had to make do with listening from an adjoining room, so great was the attraction of hearing a « live » Brandenburg concerto.

But before this plat de résistance came three brilliant appetizers :  major works in their own right from a period when virtuosos were invariably composers, pushing the use of each instrument to its extreme technical limit. 

If the members of the public had had to vote they would have been hard put to it to choose between the suite for harpsichord of the « bad boy from Lyons » Louis Marchand with its exuberant ornementation executed masterfully by Thomas Pellerin, the little-known partita by Johann Joseph Vilsmayr for solo scordatura violin in a technically and emotionally impressive rendering by Alix Boivert, and the magnificent and passionate viola da gamba pieces by Antoine Forqueray to which Matthias Ferre did full justice.

 These three soloists were then joined by Loréline Champ (one-keyed flute), Aleksandra Brzoskowska (violin), Sayaka Shinoda (viola), Sacha Dessandier (violoncello), while Matthias Ferre changed over to the violone, the bass in the viol family.   This « pocket » format of the fifth Brandenburg Concerto is in fact exactly what Johann Sebastian Bach composed it for in 1721 and there could be no regretting the stodgy pomposity of certain « symphonic » renderings !  The musical discourse was cristal clear, the sounds were delectable and the tempi lively :  Thomas Pellerin’s extreme virtuosity was perfectly equal to the famous harpsichord part. 

(Needless to say, the above photos were taken during the rehearsal …  during a concert it is impossible for the photographer to move round.)

In short : a delicious end to a balmy Spring day in the beautiful  « stateroom » of the Charolles Priory.  Congratulations to the seven musicians whom we hope to hear again before too long – with our organ!