hasty promises  

(English version below)

Toute à l’enthousiasme, j’ai annoncé dès le mois d’août (!) que ce blog permettrait, moyennant un billet hebdomadaire, de suivre la construction de l’orgue de Charolles, et ce à partir de la rentrée de septembre.

Certains d’entre vous avez bien plus d’expérience de ces choses que moi …  vous vous serez sans doute dit que c’était bien imprudent !  et  vous aviez bien raison …  Certes, le bon de service ( = la date à partir de laquelle courra les 24 mois de construction) est du 16 septembre 2013.  Mais (fort heureusement) le carnet de commandes de la Manufacture Blumenroeder contient d’autres orgues que le nôtre.

Nous savons aussi, maintenant, que sera menée tout d’abord une étude approfondie des modèles historiques les plus pertinents.  L’harmonisation de l’instrument commence dès le choix des tailles ( = le diamètre de chaque tuyau, déterminant pour le timbre) et autres éléments d’égale importance.  Cet examen devrait être fait « en trio » par le Technicien Conseil Eric Brottier avec Quentin Blumenroeder et Dominique Thomas qui se promettent beaucoup de plaisir à collaborer (comme d’ailleurs pour la récente restauration de l’orgue de Saint-Séverin à Paris). 

C’est ensuite que seront réalisés les plans d’exécution – un très long travail puisque l’orgue de Charolles comportera environ 20 000 pièces.  Alors pourra être lancée la construction de quelques pièces majeures :  soufflets, sommier, buffet …  et au fur et à mesure que les chantiers actuellement en cours se termineront, l’ensemble de la Manufacture s’occupera de l’orgue de Charolles.

Redisons-le :  ce ne sera pas une copie historique.  Il empruntera cependant sa coloration à des instruments qui, par l’influence de l’organiste-compositeur Jehan Titelouze (1563 – 1633), se situent à un point charnière entre l’orgue Renaissance et l’orgue parisien classique qu’ils annoncent.  C’est pour cette raison – jointe à la très grande clarté de l’harmonisation qui rend parfaitement « lisible » l’écriture polyphonique – que ce choix instrumental apportera, à une région dramatiquement dépourvue d’instruments, un orgue satisfaisant à la fois les musiciens exigeants et les besoins habituels d’une pratique musicale de qualité.

Alors, nous voici obligés de patienter :  mais ce n’est pas si pénible, car après les incertitudes et la dure labeur de ces bientôt onze dernières années, vous vous imaginez bien notre joie de savoir enfin l’orgue de Charolles en construction.  Quels pourraient être les références historiques les plus pertinentes ?  Viennent immédiatement à l’esprit le célèbre orgue Lesselier (1630) de l’église de Saint-Michel de Bolbec en Normandie et celui, non moins admirable, de Juvigny (Villiers-Carouge 1663-1666).  Notre attente imposée nous permettra de faire connaissance avec ces instruments mythiques …

dsc01507-1 assoc orgues bolbec 1000

juvigny 1000IMGP3151

Being absolutely brimming over with enthusiasm, I promised – way back in August – that from September onwards this blog would give a week-by-week account of the building of the Charolles organ.  Some of you have experience in these matters and must have thought I was pretty rash …  You were so right !  While the two-year building period officially began on 16th September, we are by no means (and fortunately for the state of organ-building in France) the only people on the waiting-list of the Blumenroeder workshop.

For our organ there will be first of all some in-depth study of the most relevant historical instruments :  the pipes are to be examined by a team of three experts (Eric Brottier the Technical Advisor with Quentin Blumenroeder in collaboration with Dominique Thomas – as recently, when renovating the organ at Saint-Séverin in Paris) .  The voicing of an instrument depends absolutely (though of course not not exclusively) on the diameters chosen for the different ranks of pipes, and these diameters in turn affect the general interior layout.  These are choices which must be made even before beginning the technical drawings of the (roughly !) 20 000 parts of the organ.

Then certain major parts will be made (such as the bellows, the wind-chest, the case …) while other work in hand is being completed, and gradually the whole Blumenroeder workshop will find itself at work for Charolles.

To confirm what I have previously stated :  this will not be a « historical replica ».  Nonetheless it will be related, in its tonal colouring, to certain instruments which are an essential link between the Renaissance organ and the classical late 17th Century Parisian organ (this link is where the influence organist-composer Jehan Titelouze comes in).  Charolles has chosen this style for its own interest and also because the voicing involved enables such an instrument to render superbly all polyphonic repertory – an essential point in our region where there is, at present, not a single organ that can do justice to such music (J.S. Bach among others).

So we are going to have to wait patiently …  but it won’t be so hard, now that we are « over the hump » after over almost eleven years of waiting and hoping … and working !  What will the historical references be ?  The ones which come to mind immediately are the famous Lesselier organ (1630) in the church of Saint Michel in Bolbec and the remarkable Villiers-Carouge organ (1663-1666) in Juvigny …  While waiting, we’ll be able make their acquaintance.