Étiquettes

,

an organ project:  unexpected learning curves!  (English version below)

Parmi les nombreuses expressions pittoresques dont est riche la langue française se trouve « C’est en forgeant que l’on devient forgeron. »  Nous l’avons bien méditée …  Vous pensez bien qu’il a fallu sérieusement étoffer notre connaissance de l’univers des orgues?  Certes!  Mais il a fallu aussi un rude apprentissage pour aborder certaines subtilités de l’administration et du droit, pour devenir maquettiste (bulletin de liaison, affiches), savoir se débrouiller avec les dossiers de presse, les photomontages, la tenue d’un site internet (www.orgue-charolles.com) et j’en passe …  et tout dernièrement, ce blog.

Bien que quelque peu méfiants à l’égard des réseaux sociaux, nous avons compris quelles excellentes rencontres ils peuvent procurer.  Et en premier lieu, Facebook.  (D’ailleurs, il y a de fortes chances que c’est comme cela que vous êtes venu lire cette page.)

Nous nous sommes donc lancés, pleins de courage.  Il a fallu être très attentifs pour éviter les bourdes …  publier ce qu’il faut au bon endroit et au bon moment …  Mais quelquefois la machine s’emballe!  Ces dernières 48 heures nous ont fait voir démarrer, à partir des informations concernant la composition et l’esthétique de notre futur orgue, un véritable pugilat.  Est-il légitime de construire en 2013 un instrument qui s’inspire du début du XVIIème siècle français afin de mettre en valeur un répertoire merveilleux mais très méconnu dans la Bourgogne rurale?  Ou faut-il condamner cette démarche comme tristement passéiste?   

J’ai été abasourdie d’observer la violence des coups échangés.  La sagesse du modérateur du groupe a su calmer l’ardeur des belligérants en supprimant le fil! 

De nous jours où règnent si souvent l’apathie et le « tout se vaut », je me réjouis de découvrir, grâce à l’orgue, qu’existent encore de grands passionnés  –  ailleurs que dans les tribunes des matchs de foot!

          

images (2)

The French have many very apt expressions, such as  « c’est en forgeant que l’on devient forgeron » (roughly – though less colourfully – « practise makes perfect ») and we have really taken that to heart!  

I imagine you are thinking that we been diligently upgrading our knowledge of organs …  Yes indeed, but far more!  Not only have we had to learn about all sorts of things administrative and legislative, discover how to cope with layouts (news bulletins, concert posters,) press releases, photo-montages,website management (www.orgue-charolles.com) … and lately, this blog.  

I must admit that in Charolles many of us are somewhat mistrustful of the social networks !  But we realize just how precious they can be for establishing interesting contacts.  First and foremost, obviously, Facebook.  (And this, dear reader, is very likely how you come to be reading this post !)

So in we dived …  Being always very careful to avoid mistakes has been a constant aim :  knowing when and particularly where to publish what …  But sometimes the machine starts running away!  Over the last two days I have been witnessing a very hefty free-for-all which took off from information about the specification and style of our future organ.  Is it « legitimate » to build an instrument inspired by the early 17th Century French organ-builders in order to serve repertory that is fabulous, but almost unknown in rural Burgundy?  Or is this to be severely condemned as being miserably archaic?  

I have been quite stunned to observe some of the mighty blows that have been exchanged.  Eventually wisdom prevailed and the moderator of the group put an end to the carnage by deleting the page!  

But in present times when apathy and « everything goes » prevail, how glad I am to discover thanks to the organ that there are still some real enthusiasts around – and not just at football matches!